logo-mini

Êtes-vous sûr(e) de vouloir quitter le fil ?

Quitter

Oups… une erreur s'est produite !

Mon Irlande

Vous cherchez des idées ? Vous prévoyez un voyage ? Ou vous voulez juste vous faire plaisir ? Nous allons vous faire découvrir une Irlande qui vous est tout particulièrement destinée.

  • #Paysages
  • #CultureEtPatrimoine
  • #ActivitésDePleinAir
  • #SitesEmblématiques
MyICallOut_FindTheThings_EN_Desk_Above-Left MyICallOut_FindTheThings_EN_Desk_Above-Left

Oups… pas de connexion Internet

Si vous n'êtes pas connecté(e), vous pouvez toujours ajouter des éléments à Mon tableau. Les nouvelles recommandations en matière de voyage n'apparaîtront que lorsque vous serez de nouveau en ligne.

    Découvrez ce que l'Irlande vous réserve

    Oups… pas de connexion Internet

    Si vous n'êtes pas connecté(e), vous pouvez toujours ajouter des éléments à Mon tableau. Les nouvelles recommandations en matière de voyage n'apparaîtront que lorsque vous serez de nouveau en ligne.

    Mon tableau

    Les éléments sans emplacement physique ne s'affichent pas en mode cartographique.

    Votre tableau semble vide

    Trouvez l'icône en forme de petit cœur à côté d'Ireland.com. Il vous suffit d'appuyer sur le cœur pour ajouter des éléments à votre tableau !

    Emptyboard Emptyboard

    Paramètres du tableau

    Image de couverture de la galerie

    Visible par les personnes avec lesquelles vous partagez votre tableau

    Aucune image

    my-ireland-butterfly-killarney-national-park-county-kerry
    my-ireland-orange-flowers-achill-county-mayo
    my-ireland-owl-doneraile-court-and-wildlife-park-county-cork
    my-ireland-red-bridge-japanese-gardens-county-kildare
    my-ireland-board-fastnet-lighthouse-county-cork-1
    my-ireland-cottage-blasket-islands-county-kerry
    my-ireland-horses-wild-atlantic-way-3
    my-ireland-yellow-flowers-lake-portumna-county-galway
    titanic-belfast-night-long-reads-bg titanic-belfast-night-long-reads-bg

    Un récit du Titanic à Belfast

    Il a fait l'objet d'innombrables livres, films et expositions, et 110 ans après le naufrage du RMS Titanic, la fascination demeure intacte. Mais quel est exactement l'héritage du Titanic à Belfast, la ville où le navire a été construit ? Pól Ó ’Conghaile part en quête de réponses

    • #Belfast
    • #CultureEtPatrimoine
    • #SitesEmblématiques
    Pól Ó ’Conghaile | Images de Thérèse Aherne
    L'Irlande du Nord
    L'Irlande du Nord
    • #Belfast
    • #CultureEtPatrimoine
    • #SitesEmblématiques

    Deux pièces rebondissent sur un mur à Belfast. J'en ai lancé une, le guide touristique Donal Kelly l'autre. Le but de ce jeu, que l'on appelle « Pitch and toss », est de jeter votre pièce pour qu'elle rebondisse, en atterrissant le plus près possible du mur.

    Le vainqueur est celui dont la pièce est la plus proche du mur ; il empoche tout. Ce jeu est aussi simple qu'addictif aujourd'hui qu'il l'était il y a plus d'un siècle, lorsque l'arrière-grand-père de Donal y jouait avec d'autres ouvriers au chantier naval de Harland and Wolff.

    Aujourd'hui, nous utilisons un mur situé sur les cales de construction rénovées et la place sous le Titanic Belfast, l'attraction touristique emblématique du XXIe siècle. Mais à l'époque, ils étaient peut-être installés sous une structure très différente : la coque proprement dite du RMS Titanic.

    sustainablebelfast-harlandandwolff sustainablebelfast-harlandandwolff

    Le Titanic Quarter de Belfast, avec la cale sèche, la station de pompage et les grues de Harland and Wolff, Sampson and Goliath, en arrière-plan © Visit Belfast

    Titanic : construit à Belfast

    Le Titanic a pris la mer depuis Southampton, en Angleterre, le 10 avril 1912. Il a embarqué des passagers à Cherbourg en France et Cobh (qui s'appelait autrefois Queenstown) en Irlande. Sa destination était New York.

    Mais le navire le plus célèbre de tous les temps a été construit à Belfast, sur les chantiers Harland and Wolff, sur Queen’s Island. Et, comme les habitants aiment le dire, avec un humour noir typiquement nord-irlandais : « Il flottait parfaitement bien lorsqu'il a quitté le port. »

    Donal est un guide au Belfast Mic Tours, et il m'emmène le long de la promenade Maritime Mile, sur la partie de Queen’s Island, aujourd'hui connue sous le nom de Titanic Quarter. En marchant, il me montre des cartes et des photographies de la fin de l'époque victorienne et édouardienne, évoquant une ville industrielle avec des cheminées fumantes et des chantiers de construction navale et entreprises de lin, de tabac et de whiskey florissants.

    L'une d'elle montre la rue animée de Queen’s Road en 1911, avec cette coque particulière qui prend forme sous un portique géant. Une autre est un cliché de la même région dans les années 1970, avec des montagnes abruptes de ferraille.

    donal-kelly-belfast-tour-guide donal-kelly-belfast-tour-guide

    Donal Kelly, Belfast Mic Tours à l'extérieur du Titanic Belfast

    « C'est le souvenir qui me venait à l'esprit lorsque je roulais sur Queen’s Quay à l'époque », me confie Donal. « Il n'y avait pratiquement pas de tourisme. Vous auriez été un routard assez courageux. »

    Les différentes photos des mêmes sites sont fascinantes. Lorsque le Titanic a été construit, Belfast était un pôle industriel au sein de l'Empire britannique. Dans les années 1970 et 80, elle a connu un déclin vertigineux.

    Aujourd'hui, c'est une destination touristique avec des restaurants alléchants, de l'art urbain avant-gardiste, de charmantes boutiques et de superbes musées. Comment s'est passée cette lente transformation ? Comment la perception du Titanic a-t-elle changé à Belfast, et qu'est-ce que les gens ici pensent de son héritage dans la ville aujourd'hui, 110 ans après que ce paquebot de luxe a quitté le fleuve Lagan ?

    Le Titanic à Belfast

    De gauche à droite : Susie Millar, Titanic Tours Belfast ; SS Nomadic , ravitailleur du RMS Titanic ; Titanic Belfast ; Titanic Pumphouse

    Une incroyable histoire à raconter

    « En 1985, lorsque [l'épave] a été découverte, nous n'aurions pas pu soutenir une industrie touristique », explique Susie Millar, propriétaire du Titanic Tours Belfast et présidente de la Belfast Titanic Society.

    Toutefois, après 30 ans de conflit, l'accord de Belfast de 1998 a scellé une nouvelle ère de paix. Par coïncidence, un an auparavant, un film au succès immense mettant en vedette Leonardo DiCaprio et Kate Winslet avait catapulté le Titanic au cœur de l'imaginaire populaire. Une prise de conscience était en train d'émerger : « Nous avons une belle histoire à raconter. »

    Susie a également un lien personnel avec le navire. « Mon arrière-grand-père était l'ingénieur adjoint. Son nom était Tommy Millar. Ayant perdu sa femme au début de 1912, il voulait monter à bord du Titanic pour refaire sa vie à New York…

    « Il avait deux jeunes enfants qu'il a confiés à des proches pendant qu'il se lançait dans cette aventure. Mais bien sûr, rien ne s'est passé comme prévu. Suite au naufrage, les enfants sont devenus orphelins. »

    Courtney-Titanic-Leaving-Southampton Courtney-Titanic-Leaving-Southampton

    Le Titanic qui quitte Southampton © Musées nationaux d'Irlande du Nord, collection de l'Ulster Transport Museum

    Le plus grand navire au monde

    Le Titanic a été construit par les chantiers Harland and Wolff en tant que deuxième des trois navires Olympic Class pour la White Star Line. À l'époque, le chantier naval de Belfast était l'un des plus grands de la planète, s'étendant sur une superficie de 32 hectares sur Queen's Island et employant jusqu'à 10 000 personnes.

    Harland and Wolff avaient construit des centaines de navires, mais Olympic, Titanic et Britannic étaient un cran au-dessus : des merveilles en matière d'ingénierie, de technologie et de luxe qui ont donné une nouvelle dimension à l'idée que l'on se faisait des paquebots.

    « Tommy avait l'habitude de rentrer chez lui et de dire à ses fils qu'il travaillait sur le plus grand navire au monde, et qu'ils devaient être fiers de ce que Belfast faisait », explique Susie.

    Son cadet, Ruddick, qui n'avait que cinq ans lorsque Tommy a pris la mer, a écrit plus tard un livre inspiré de son histoire. « Il ne comprenait pas comment le bateau allait flotter sur l'eau », explique-t-elle.

    HOYFMHWH1555Queens road with shipyard men leaving work HOYFMHWH1555Queens road with shipyard men leaving work

    Des ouvriers du chantier naval qui quittent le travail sur Queen's Road, le Titanic en arrière-plan, Robert John Welch (1859-1936) Harland and Wolff © Musées nationaux d'Irlande du Nord

    Les quelque 100 000 personnes qui sont allées observer la mise à l'eau du Titanic depuis l'Arrol Gantry dans le fleuve Lagan ont peut-être ressenti la même chose. Le paquebot de 269 mètres et neuf étages paraîtrait ridiculement petit à côté des bateaux de croisière d'aujourd'hui, mais il était une merveille de son époque. (« Le bateau est insubmersible », comme l'a déclaré Phillip Franklin de la White Star Line.)

    Trois millions de rivets ont été enfoncés principalement à la main. Au Titanic Belfast, le musée interactif primé, une excursion immersive dans un chantier naval recrée les vues et les sons de la journée. « Chaque navire coûte une vie, mais les blessures sont innombrables , explique une voix. « Les cognements des marteaux résonnaient dans toute la ville. »

    Neuf mois ont été consacrés à l'assemblage du Titanic dans une cale sèche, où travaillaient des menuisiers comme l'arrière-grand-père de Donal Kelly, des ingénieurs comme Tommy Millar et des centaines d'autres artisans et ouvriers qui peaufinaient le navire. « La plus belle chambre que j'ai jamais occupée à bord d'un navire », a déclaré un passager de première classe au sujet de sa cabine.

    Le Titanic proposait plusieurs styles et types de séjour, mais les cabines haut de gamme font tourner les têtes encore aujourd'hui – des lits à baldaquin, de l'eau chaude courante, des lavabos en marbre, des radiateurs électriques et un service cinq étoiles ne sont que quelques-uns des luxes qui y étaient proposés. Parmi les provisions embarquées, on comptait 8 000 cigares.

    titanica-exhibition-ulster-transport-museum-belfast titanica-exhibition-ulster-transport-museum-belfast

    Exposition TITANICa à l'Ulster Transport Museum, à Belfast

    TITANICa : une exposition sur le Titanic

    En parcourant une autre exposition, TITANICa, à l'Ulster Transport Museum, à la périphérie de la ville de Belfast, je vois des assiettes et de l'argenterie White Star Line dans les vitrines. Je comprends également pourquoi ce navire, et ce voyage, continuent de fasciner.

    La merveille de l'ingénierie. Les mystères. Les « et si les choses avaient été différentes ». Lorsqu'il a pris le large pour son voyage inaugural, le Titanic incarnait le système de classe édouardien.

    Certains passagers, comme John Jacob Astor, Benjamin Guggenheim (qui ont été perdus en mer) et « l'insubmersible Molly Brown » (qui a survécu), étaient incroyablement riches. D'autres avaient fait des économies pour voyager sur les ponts inférieurs en quête d'une nouvelle vie. Et tout le monde avait une histoire.

    À TITANICa, je vois une bouillotte et une chemise de nuit récupérées dans les fonds marins, ainsi que quelques fioles de parfum transportées par Adolphe Saafeld, un chimiste allemand qui apportait des échantillons dans l'espoir de décrocher de nouveaux marchés en Amérique.

    HOYFMHWH1723sternviewofcompletedshipinbelfastloughwithtugs HOYFMHWH1723sternviewofcompletedshipinbelfastloughwithtugs

    Vue de la poupe du navire terminé sur le Belfast Lough accompagné de remorqueurs, Robert John Welch (1859-1936) Harland and Wolff © Musées nationaux d'Irlande du Nord, collection de l'Ulster Transport Museum

    L'« insubmersible » sombre

    Et bien sûr, la catastrophe du Titanic s'est produite. Avant que le paquebot maudit quitte Belfast, le 31 mars 1912, Tommy Millar a donné à son fils deux pennies, avec pour instruction de ne pas les dépenser jusqu'à ce que la famille soit de nouveau réunie.

    « Mais ils ne l'ont bien sûr jamais été », explique Susie Millar. Ruddick « s'est tenu sur les rives de Belfast Lough et a regardé le Titanic passer devant Carrick et Larne avant de disparaître de sa vue. » Sa famille possède encore ces pennies aujourd'hui : « Ils n'ont jamais été dépensés ».

    Le Titanic a coulé au petit matin du 15 avril 1912. Dans une tentative d'atteindre New York avant la date prévue, il n'a pas réussi à éviter un iceberg à temps. Les opérateurs radio ont désespérément tiré sur les anciens signaux CQD et envoyé des SOS plus récents, mais il a fallu moins de trois heures pour que le paquebot se brise en deux et commence une longue descente de 3,7 km jusqu'au fond de l'Atlantique Nord.

    « Tout le monde autour de moi a simplement dit qu'il avait disparu », a déclaré un survivant. L'insubmersible avait coulé, emportant plus de 1 500 personnes avec lui.

    La tragédie a vite fait la une des journaux. À Harland and Wolff, qui avait passé trois ans à construire le Titanic, « il y a des témoignages racontant que des hommes noyaient leur chagrin dans des pintes de bière après avoir appris la nouvelle », explique Donal Kelly. Il y a eu des scandales, des enquêtes, des modifications des pratiques de sécurité en mer.

    Les clichés du Titanic à Belfast

    De gauche à droite : fresque du Titanic ; mémorial du Titanic à l'hôtel de ville de Belfast ; photographie des bureaux d'étude du Titanic au Titanic Hotel ; bouillotte récupérée sur les fonds marins après le naufrage du Titanic

    Un sujet tabou

    Aujourd'hui, on a l'impression que tout le monde connaît l'histoire. Mes enfants ont fait des dessins du Titanic à l'école. Mais cela n'a pas toujours été le cas.

    Deux ans après son naufrage, la Première Guerre mondiale a éclaté. Le Britannic a été transformé en navire-hôpital. L'histoire a été rayée des conversations, surtout en Irlande du Nord.

    « Le Titanic était un sujet tabou », explique Donal Kelly. « Quand j'étais adolescente à Belfast, on n'a jamais abordé ce sujet en dehors de notre maison », ajoute Susie Millar. « Nous avions construit ce bateau fantastique qui a navigué 13 jours avant de sombrer au fond de l'océan.

    « Ce sujet générait une certaine gêne… Avons-nous fait quelque chose de mal ? Était-ce notre faute ? Avons-nous été punis pour notre fierté ?

    « Toutes ces émotions flottaient autour de nous. Et dans ma jeunesse, il se passait beaucoup d'autres choses à Belfast… à quoi bon se souvenir d'un bateau englouti. »

    titanic-belfast-underwater-video titanic-belfast-underwater-video

    Visionnage de séquences tournées dans la dernière demeure du Titanic au Titanic Belfast © Tourism Ireland

    L'épave du Titanic a été découverte en 1985, lorsque l'océanographe Robert Ballard a suivi un champ de débris qui l'a mené à une proue fantomatique qui semblait percer à travers le fond marin (« C'était comme si le Titanic n'avait pas renoncé à se rendre à New York », a-t-il déclaré). Mais les problèmes que traversait l'Irlande du Nord ont écarté des discussions la célébration du rôle de Belfast dans l'histoire, ou même sur le tourisme.

    Le dernier navire est sorti du chantier de Queen's Yard en 1968. Les cales de construction étaient pleines à craquer ; l'économie était en déclin.

    Même dans les années 1990, lorsque j'ai visité la ville pour la première fois, des amis qui y vivaient m'ont dit d'éviter tout contact visuel. Les boutiques fermaient à l'heure du déjeuner le samedi. Je n'écrivais pas de récit de voyage à ce sujet.

    belfast-city-hall-aerial-1 belfast-city-hall-aerial-1

    L'hôtel de ville de Belfast vu depuis l'observatoire du Grand Central Hotel

    Les temps changent.

    Mais les choses ont changé. En 1997, « Titanic » de James Cameron est sorti, un film authentique qui a rencontré un succès phénoménal. Un an plus tard, l'accord de Belfast a été signé, scellant un processus de paix qui était autrefois inimaginable. Belfast n'a pas prospéré du jour au lendemain. Mais soudain, la prospérité semblait à portée de main.

    « Belfast 2.0 » est le titre d'un récit que j'ai aimé écrire dans les années 2000. Le changement était complexe, et ardu, bien sûr – c'est encore le cas. Mais au lieu de parler de conflit, je pouvais écrire sur la nourriture et le shopping.

    Les touristes pouvaient faire des visites en taxi noir de ses fresques politiques. Lady Gaga et Adele débarquaient en ville pour les MTV Europe Music Awards.

    De nouvelles constructions telles que le complexe commercial Victoria Square et la salle omnisports Odyssey (renommée aujourd'hui le SSE Arena) sont sorties de terre aux côtés de bâtiments tels que le Metropolitan Arts Centre (MAC) et le Merchant Hotel, un établissement cinq étoiles. La ville a même formé une équipe de hockey sur glace. Et puis, 100 ans après le départ du Titanic, la véritable révolution est née.

    titanic-belfast-yellow-flowers-foreground titanic-belfast-yellow-flowers-foreground

    Titanic Belfast

    Titanic Belfast : une attraction phare

    « Le Titanic Belfast a été le catalyseur de l'industrie du tourisme en Irlande du Nord au cours des 10 dernières années », explique Eimear Kearney, sa directrice du marketing, que j'ai rencontrée lors d'une visite des galeries. Auparavant, les gens « étaient gênés et un peu honteux de parler du Titanic parce qu'il était considéré localement comme un échec », explique Eimear.

    Mais aujourd'hui, cette attraction touristique met également en lumière les gens qui ont construit le navire et l'époque à laquelle il a été bâti. « C'était un tournant pour la ville. Nous devions commencer à parler de nous-même sous un angle plus positif », explique-t-elle.

    Construit dans le cadre d'un partenariat public/privé, et détenu par le Maritime Belfast Trust, un organisme caritatif chargé de préserver et de promouvoir le patrimoine maritime de la ville, le Titanic Belfast me rappelle le musée Guggenheim Bilbao – à la fois dans son apparat scintillant (à plus de 38 mètres, ses « coques » revêtues d'aluminium se dresse à la même hauteur que le Titanic) et comme catalyseur du développement touristique.

    Cobh, dans le comté de Cork, Cherbourg et Southampton ont tous des liens étroits avec le navire, mais le Titanic Belfast a fait de Belfast le centre mondial du tourisme lié au Titanic.

    Titanic Belfast

    De gauche à droite : à l'intérieur du Titanic Belfast ; Titanic Belfast la nuit : vidéo interactive au Titanic Belfast ; objets de l'histoire du Titanic

    L'expérience Titanic Belfast

    Lors de ma visite au Titanic Belfast, j'ai fait le tour du chantier naval, j'ai vu des répliques de cabines, j'ai appris beaucoup de choses sur la vie à Belfast en 1912, j'ai regardé des séquences tournées sur le site du naufrage de Ballard, j'ai embarqué sur le SS Nomadic, un ravitailleur qui a transporté les passagers de Cherbourg, que vous pouvez visiter séparément, et j'ai lu des citations de visiteurs célèbres.

    « Belfast est une ville à part », explique l'ancien président des États-Unis, Barack Obama. « Les usines autrefois abandonnées sont reconstruites. Les anciens sites industriels renaissent. Les visiteurs viennent des quatre coins de la planète… alors pour paraphraser Seamus Heaney, c'est la manifestation d'un génie pur et simple. Cette île est aujourd'hui chic. »

    Il ne fait aucun doute que l'effet galvaniseur de ce bâtiment est une attraction phare qui a attiré 6,5 millions de visiteurs venus de plus de 145 pays au cours de sa première décennie. « Le grand aimant argenté », comme Donal Kelly l'appelle.

    lagan-bridge-belfast lagan-bridge-belfast

    Pont de Lagan, Belfast

    Le Maritime Mile

    « Le centenaire [en 2012] a toujours été la date butoir », explique Susie Millar. « Nous devions absolument avoir un produit qui attirerait un public mondial, et nous l'avons construit.

    « Mais il ne s'agit pas seulement de ce bâtiment. C'est l'aménagement du front de mer, ce que l'on appelle aujourd'hui le Maritime Mile. C'est devenu une destination où vous pouvez passer trois ou quatre jours. »

    C'est la pure vérité. Alors qu'il était autrefois tabou de parler du Titanic, aujourd'hui l'histoire de ce navire et de la ville qui l'a construit a été intégrée, ce qui a contribué à l'essor du tourisme dans la ville.

    Des festivals, des chefs étoilés au guide Michelin et des reconstitutions ont été organisées dans le quartier de la cathédrale et à CS Lewis Square à l'est de Belfast. Je peux prendre un délicieux café, quelque chose à grignoter ou boire un verre, ou encore suivre un circuit musical (saviez-vous que Led Zeppelin a interprété pour la première fois son titre Stairway to Heaven en live à l'Ulster Hall ?), visiter un quartier urbain gaélique (irlandophone) à l'ouest de Belfast, ou déguster un cocktail préparé avec du gin artisanal Shortcross ou Jawbox dans le bar situé à l'altitude la plus élevée d'Irlande, au Grand Central Hotel.

    Ville de Belfast

    De gauche à droite : Commerical Court ; le Muddler's Club ; Ox Restaurant ; Conor McClelland, Rayanne House

    Un menu à bord du Titanic

    « Après 30 ans d'enfer, je pense que c'était exactement le bon moment », explique le chef Conor McClelland, qui dirige la luxueuse maison d'hôtes Rayanne House avec sa femme Bernie à Holywood, en périphérie de la ville de Belfast. « Je pense que tout est arrivé au bon moment. Plus il y avait de touristes, plus il y avait besoin de restaurants… c'était une combinaison d'un peu de tout. »

    Rayanne est une demeure victorienne surplombant Belfast Lough, et Conor prépare son Menu Titanic, un régal pour les « Titanoraks » ou passionnés du Titanic, comme il les appelle, depuis 2010. « C'est une réplique du tout dernier repas servi aux passagers de première classe », explique-t-il, une succession de neuf plats commençant par un velouté à l'orge et se terminant par de la crème de whiskey Bushmills, en passant par du saumon poché avec une sauce mousseline et un filet mignon poêlé recouvert de foie gras et de truffe.

    titanic-last-meal-plate-rayanne-house-belfast-l titanic-last-meal-plate-rayanne-house-belfast-l

    Dernier dîner servi sur le Titanic, Rayanne House, Belfast

    Le menu a été méticuleusement recréé à partir de recettes et de menus sauvés des eaux, et est servi dans une salle d'époque ornée de répliques de porcelaine, de roses roses et de marguerites blanches. « C'est surprenant qu'un menu vieux de plus de 100 ans soit encore au goût d'aujourd'hui », explique-t-il au sujet du repas d'inspiration française. « Ce menu était succulent… un délice ».

    Grâce à la confiance croissante et à la qualité de la cuisine irlandaise, Conor peut se procurer la plupart de ses ingrédients sur l'île, et je suis étonné d'apprendre que la famille de Bernie, qui avait participé au commerce des fruits au début des années 1900, a même fourni des fruits au Titanic. « Avec la vue sur Belfast Lough vous pouvez imaginer le Titanic remonter et descendre pour des tests », explique Conor.

    titanic-hotel-belfast-bar-view titanic-hotel-belfast-bar-view

    Titanic Hotel, ancien siège et bureaux d'étude de Harland and Wolff

    Titanic Hotel

    Mon lit pour la nuit est un trait d'union dans le temps. Le Titanic Hotel comprend les anciens bureaux d'étude de Harland and Wolff ainsi que des caractéristiques originales telles que les bureaux des directeurs, l'escalier en fer et la cabine du dessinateur en chef au Wolff Grill.

    Alors que je savourais un plat de turbo avec de la sauce hollandaise au curry et au homard, j'ai lu un panneau sur la cabine, familièrement appelée « bollocing box » (la pièce où l'on se fait engueuler), car quiconque y était convoqué recevait généralement un bon savon.

    Les murs de l'hôtel sont décorés avec des affiches de la White Star Line et des photos monochromes du navire, et les postes des réceptionnistes ont été transformés en vitrines exposant les instruments et documents d'époque. « C'est un peu un musée en soi », lance le réceptionniste.

    titanic-hotel-panelled-partition titanic-hotel-panelled-partition

    La célèbre cabine du Titanic Hotel, à Belfast

    « Ici, la plus grande réussite est l'hôtel », explique Colin Cobb de Titanic Belfast Tours, un autre guide que j'ai rencontré. Il proclame qu'il « a été rénové avec goût ». Colin fait des visites depuis des années, et me donne une évaluation réaliste et honnête du chemin que, selon lui, la ville a parcouru, et de celui qui lui reste à parcourir.

    Nous suivons le Maritime Mile le long de la rivière, en passant devant le Titanic Belfast, les installations artistiques, les vestiges rouillés de l'Arrol Gantry d'origine et les espaces en attente de développement futur. Notre dernier arrêt est la Pump House d'autrefois qui accueillera une nouvelle distillerie de whiskey, et la cale sèche où le navire a été assemblé. C'est une réalisation étonnante. « Le dernier endroit où le Titanic a reposé sur la terre ferme », explique Colin.

    titanic-belfast-drawing-offices-detail_1 titanic-belfast-drawing-offices-detail_1

    Titanic Belfast et les anciens sièges sociaux et bureaux d'étude de Harland and Wolff – qui sont aujourd'hui le Titanic Hotel

    L'héritage du Titanic

    C'est incroyable de voir combien de personnes et de lieux ce navire tragique a marqué. De retour au bout de la rampe de glissement, j'ai regardé une petite poule d'eau se jeter à l'eau là où le Titanic l'aurait fait il y a plus d'un siècle. C'est le lieu où Susie Millar se rend pour commémorer les anniversaires et réfléchir, et là où Donal Kelly termine notre visite, après un petit jeu avec une pièce de monnaie.

    Plus d'un siècle après que leurs arrières-grands-pères ont travaillé sur le navire, il semble que l'héritage du Titanic soit aussi marqué par les prouesses industrielles que par les récits et l'ascension d'une ville au XXIe siècle.

    « Il y a 20 ou 30 ans, c'était très difficile de convaincre les gens de venir ici », explique Donal.

    Les choses ont bien changé aujourd'hui.

    Pól Ó Conghaile est le rédacteur de la section Voyages de l'Irish Independent.

    Thérèse Aherne est une photographe basée à Dublin.