Rencontrez le peuple irlandais : guide touristique à Dublin, Tracey Bardon

Tracey Bardon, guide touristique au 14 Henrietta Street, nous explique ce qui distingue ce logement collectif dublinois converti en musée des autres sites historiques.

En tournant au coin d'Henrietta Street, vous serez tout simplement époustouflé. Les murs élégants des maisons géorgiennes s'élèvent pour former un puzzle de briques rouges intact depuis la rue pavée jusqu'au ciel bleu qui les surplombe. À l'autre extrémité, les douces courbes grises du King's Inns se cambrent avec élégance, ornées de portails en granit et en fer forgé taillés à la perfection.

Il n'est pas difficile d'imaginer cette rue, identique à aujourd'hui, bondée de calèches et de petites gens s'affairant autour de lords et de ladies…

« C'était vraiment le lieu idéal pour être vu », explique Tracey Bardon, guide touristique au 14 Henrietta Street, qui y a toujours vécu. Des années avant que le numéro 14, transformé en musée, n'ouvre au public, il servait de salle de spectacles et d'événements. Un jour, alors que Tracey passait devant, elle vit la porte ouverte. « Il y avait une femme sur le pas de la porte et je lui ai dit : 'Mon Dieu, j'adorerais jeter un œil à l'intérieur. Est-ce que c'est possible ?' J'ai donc furtivement passé la tête. » Quelques semaines plus tard, elles se recroisèrent et bientôt, Tracey travaillait à la réception au numéro 14. « C'était juste pour l'été, mais c'était génial. On a même eu l'occasion de rencontrer le président ! »

Henrietta St
Henrietta St

 Après quelques années, la Culture Company a pris en charge le bâtiment et les choses ont vraiment décollé. Le musée du 14 Henrietta Street a ouvert ses portes en septembre 2018. Ou c'est plutôt une expérience, puisque les visiteurs peuvent entrer de plain-pied dans la vie de l'élite du XVIIIe siècle qui y vécut autrefois, avant les innombrables pauvres de Dublin qui furent contraints de s'amasser dans ce même bâtiment et de gagner leur vie dans l'un des taudis collectifs les plus tristement célèbres de la ville. En 1911, les 20 maisons d'Henrietta Street abritaient 1 000 personnes, et 17 familles, soit 100 personnes, partageaient 19 appartements rien qu'au numéro 14.

En 1911, les 20 maisons d'Henrietta Street abritaient 1 000 personnes, et 17 familles, soit 100 personnes, partageaient 19 appartements rien qu'au numéro 14.

Malgré la lourde réalité de la vie des personnes qui y vécurent, pour Tracey, c'est une joie de partager leurs histoires. « C'est un travail vraiment agréable. À chaque heure, des personnes différentes entrent. Elles montrent une photo ou racontent une histoire de cet endroit dont elles se souviennent, comme celle d'un homme qui emmenait son cheval à l'étage pour dormir chaque nuit car il n'avait nulle où le garder. Je me souviens que ma mère m'amenait au Temple [c'est ainsi que les habitants surnomment le King's Inns] et me racontait qu'elle avait l'habitude d'y jouer. »

« De nombreuses personnes arrivent avec l'envie de raconter une histoire dont ils se souviennent. D'autres viennent avec un certificat de mariage, une lettre ou un certificat de naissance et disent 'Regardez, ils ont vécu dans cette maison, ils ont vécu dans cet appartement !' Cette rue est fantastique. »

On peut dire qu'elle apprécie chaque souvenir. Après tout, Tracey elle-même est née dans un immeuble collectif sur Gardiner Street non loin de là.

« Il y a tant d'histoires cachées. Il est important que cette maison soit ouverte pour proposer une expérience de ce que fut cet immeuble collectif. Ce n'est pas intimidant. Nous sommes juste des personnes normales, et vous parlez à de véritables Dublinois. C'est une partie de l'Histoire avec laquelle nous pouvons nous connecter. »

Poussez l'exploration

Aucun résultat pour vos critères de recherche

Besoin d'un avion ou d'un ferry ?

Par la mer ou par les airs, trouvez ici le meilleur trajet

Trouver des vols
Trouver des ferries

Offres

Hmm, cette adresse e-mail est inconnue. Veuillez la vérifier et essayer de nouveau. Remarque: Veuillez SVP saisir votre adresse e-mail manuellement au lieu de la copier/coller.