L'abbaye de Kylemore dans le Connemara

Une histoire d'amour légendaire

L'histoire d'amour qui est à l'origine de l'abbaye de Kylemore, dans le Connemara, n'a rien à envier aux inventions des scénaristes d'Hollywood.

Il existait une « Galway Girl » avant que l'auteur-compositeur américain Steve Earle n'en croise une qui l'inspire dans les rues de la ville. Margaret Vaughan était en fait originaire du comté de Down, mais son histoire tragique restera toujours liée à Galway, pour avoir inspiré l'église gothique de l'Abbaye de Kylemore.

Mais n'allons pas trop vite. Avant la tragédie, il y eut l'histoire d'amour.

Nous sommes en 1852. Mitchell Henry, homme d'affaires prospère, et sa jeune épouse Margaret Vaughan, passent leur lune de miel dans le Connemara. Le couple déjeune en plein air dans la paroisse de Kylemore. Pendant le repas, Margaret s'extasie sur la beauté de la région. Tous deux concluent qu'il serait formidable d'y vivre. Treize ans plus tard, un château se dresse au-dessus d'un lac miroitant du Connemara.

Luxueux est un mot trop faible pour qualifier l'endroit. Dans son ouvrage Irish Country Houses, Terence Reeves-Smyth compare le château à la propriété « de Citizen Kane, avec de nombreuses salles de réception splendides, dont une salle de bal avec un plancher de danse, un magnifique escalier, une bibliothèque, un bureau et 33 chambres... » Pendant près de 10 ans, Henry Mitchell, Margaret et leurs neuf enfants y vécurent, dans ce qui semblait être, de l'avis général, le bonheur à l'état pur.


Mais, en 1875, lors d'un voyage en Égypte, Margaret contracte une fièvre et décède. Mitchell, le cœur brisé, ne supporte plus de passer du temps à Kylemore et l'évite autant que possible. Son chagrin d'amour ne l'a cependant pas empêché de bâtir à sa femme l'une des dernières demeures les plus élégantes que l'on puisse s'offrir.

Un hommage

Si quelqu'un connaît bien Kylemore, c'est l'assistante marketing Eithne O'Halloran. Pour elle, l'église est plus qu'une dernière demeure. C'est un hommage. « L'église néogothique est un édifice très émouvant, niché dans superbe paysage de montagne, c'est un hommage immortel à l'amour que Mitchell Henry portait à sa femme, Margaret. » Elle décrit les caractéristiques de l'église, qui reflètent l'admiration de Mitchell pour sa bien-aimée : « les proportions de l'édifice sont extrêmement élégantes, avec des traits typiquement féminins », comme les personnages de femmes représentés sur les beaux vitraux.

Une histoire d'amour secrète

Peu de visiteurs connaissent l'origine de Kylemore. C'est une histoire haute en couleurs. Pour Mitchell, l'abbaye de Kylemore – une œuvre née de l'amour – se transforma du jour au lendemain en un rappel douloureux de la femme qu'il avait perdu. Son histoire, comme celle de Kylemore, est une histoire d'amour sans lettres venues d'outre-tombe ni flashbacks au montage soigné. On est bien loin d'Hollywood, ici c'est la réalité.

Cependant, tout bon écrivain sait qu'une histoire doit avoir une fin. Celle de Margaret et Mitchell s'acheva lors du décès de ce dernier en 1910, qui rejoignit son épouse dans l'église gothique de Kylemore.

Et c'est là qu'ils reposent. Heureux pour l'éternité.

Hmm, cette adresse e-mail est inconnue. Veuillez la vérifier et essayer de nouveau.
Aucun résultat pour vos critères de recherche

Besoin d'un avion ou d'un ferry ?

Par la mer ou par les airs, trouvez ici le meilleur trajet

Trouver des vols
Trouver des ferries

En savoir plus sur l'Irlande

D'autres questions sur l'Irlande ? Nous avons les réponses

Aide et conseils