Dublin : l'authentique musique chorale

Imaginez ça… vous vous trouvez à l'intérieur d'un édifice sacré d'une ville parmi les plus vieilles d'Europe, en train d'interpréter l'un des plus célèbres morceaux jamais écrits.

Après la représentation, vous prenez la direction d'un pub accueillant pour savourer un verre avec des amis devant un feu de tourbe crépitant, tout en planifiant vos visites touristiques du lendemain. Et peut-être conclurez-vous la soirée en chantant à tue-tête et en esquissant quelques pas de danse…

Bienvenue à Dublin, scène de la toute première représentation du sublime Messie d'Haendel, berceau d'adresses de renommée mondiale et d'un public réceptif : une ville de choix pour les amateurs de musique, d'histoire et de plaisir. Ça vous tente ? Alors, il se peut que vous et votre chorale trouviez votre bonheur à Dublin

Une nation de mélomanes

Le chant choral est une tradition ancestrale en Irlande, toujours aussi populaire à l'heure actuelle. On dénombre des centaines de chorales à travers l'île, composées d'amateurs passionnés ou récompensées par des prix internationaux, dans des genres musicaux divers allant du chant sacré à la musique classique, en passant par le gospel, le jazz, le rock… et même les chœurs masculins a cappella de style "barbershop". La musique irlandaise traditionnelle est elle aussi populaire. Nous possédons même nos propres « Jeux olympiques de la musique », sous la forme du All Ireland Fleadh Cheoil.

Mais les artistes ont besoin d'un public. C'est donc une chance que l'Irlande compte des milliers de festivals musicaux et que ses habitants soient de fervents mélomanes férus de concert. Rien ne nous plaît plus que de réserver un accueil chaleureux aux artistes de passage qui font le déplacement en Irlande pour découvrir notre riche patrimoine musical.

Chœurs angéliques

« Il y a tant d'artistes célèbres, à l'instar d'Haendel, qui sont venus pour découvrir la vie à Dublin et s'y produire », commente le célèbre chef d'orchestre irlandais Desmond Earley. « Nous voulons convier les gens à venir à Dublin, à y découvrir la musique dans des endroits qui revêtent une importance historique pour nous. »

Ce sentiment trouve écho chez d'autres acteurs de la scène musicale irlandaise, comme Deborah Kelleher, directrice de l'Académie royale irlandaise de musique, basée à Dublin. « Il est vital pour l'âme de la musique en Irlande que nous recevions des chorales en visite qui viennent se produire avec nos chanteurs et musiciens », précise-t-elle. « Nous sommes toujours très heureux d'accueillir ces visiteurs et de les aider à passer un bon moment ici, dans une ville faite pour la musique. »


Dublin a véritablement quelque chose de spécial à offrir. La ville possède de nombreux endroits magnifiques, depuis ses petites salles et églises paroissiales jusqu'aux lieux plus prestigieux, comme la cathédrale Christchurch et son décor médiéval, au cœur même du vieux Dublin viking.

Traditions chorales

La tradition chorale à Christchurch, qui prend sa source en 1493 lors de la fondation de la maîtrise, vit encore de beaux jours. Aujourd'hui, la chorale de la cathédrale Christchurch est d'ailleurs l'une des plus estimées d'Irlande. Et la cathédrale accueille aussi volontiers les chorales de passage, leur offrant l'opportunité de chanter lors des messes, de profiter de la chaleureuse acoustique et de l'orgue magnifique, pour vivre une expérience vraiment inoubliable. Christchurch possède également une fascinante et néanmoins lugubre crypte, que nous vous mettons au défi de visiter !

Autrement, il existe la cathédrale St Patrick, où le célèbre satiriste Jonathan Swift, auteur des Voyages de Gulliver, fut doyen. L'ambiance unique de la cathédrale St Patrick attire les musiciens du monde entier et en fait un lieu prisé pour l'organisation d'une grande variété d'événements musicaux. Elle a ainsi accueilli des chorales originaires de Grande-Bretagne, du Canada, d'Italie et des États-Unis. Et la chorale de la cathédrale est elle-même une habituée des tournées internationales.

Cadre restreint, ambiance intimiste

Dublin dispose en outre d'un large éventail de lieux plus petits, garants d'une ambiance intimiste. C'est le cas, par exemple, de l'église St Andrew, non loin de l'Académie royale irlandaise de musique.

St Andrew accueille des manifestations culturelles variées, mais le 13 avril, elle a reçu une représentation unique du Messie d'Haendel à l'occasion du 271e anniversaire de la toute première interprétation de l'oratorio à Dublin.

Chœur Battant, une chorale française innovante, a été invitée à Dublin pour participer au Gathering du Messie d'Haendel, l'une des nombreuses manifestations musicales organisées pour marquer l'année du Gathering en Irlande, où les passionnés de l'île, leur famille et leurs amis sont conviés à venir célébrer son patrimoine et sa culture.

« Le Messie d'Haendel est le chef-d'œuvre ULTIME », estime Martina Niernhaussen, chef de chœur du Chœur Battant. « Nous étions ravis de venir à Dublin pour le chanter le 13 avril, une date qui représente un anniversaire important. »

Ont-ils apprécié leur séjour à Dublin ? « Oh, nous avons adoré ! » s'exclame-t-elle, décrivant leur visite de Dublin avec enthousiasme. Tout a commencé par une réception à Mansion House où le lord-maire de la ville nous a souhaité la bienvenue en personne. Puis, nous avons suivi une visite guidée à pied des lieux de la ville liés à Haendel, notamment la cathédrale de Christchurch et Fishamble Street dans le quartier de Temple Bar, où le Messie fut joué pour la première fois il y a si longtemps. Tout cela avant même que la représentation n'ait lieu…

Évoluer avec le temps…

Lorsque Le Messie fut présenté pour la première fois en cette illustre journée de 1742, au Neal's Music Hall, on pria les dames de ne pas porter de cerceaux dans leurs crinolines et les messieurs de se présenter sans leurs épées, de sorte que l'endroit puisse accueillir plus de spectateurs.

Le public de 2013 a lui aussi laissé à la maison ses cerceaux et ses épées, mais il est arrivé plein d'enthousiasme pour la représentation nocturne dans la ville de Dublin. Et il n'a pas été déçu. À mesure que s'intensifiait le chœur d'ouverture, le pouvoir émotionnel de la musique opéra et la foule fut captivée par la chorale comme par les solistes.

Lorsque retentirent les dernières notes de l'Amen final, tous les participants – le chef d'orchestre Desmond Earley, les solistes de l'Académie royale irlandaise de musique, les chanteurs des nombreux chœurs et de chorales universitaires d'Irlande, et bien sûr le Chœur Battant – reçurent une standing ovation du public.

Comment le Chœur Battant a-t-il fêté cette représentation réussie ? Quoi de mieux qu'un dîner tardif au restaurant situé à l'étage de la célèbre auberge Oliver St John Gogarty de Temple Bar ? Une excellente cuisine, des prix raisonnables et l'émotion du triomphe reçu pour leur prestation ont mis tout le monde dans une ambiance de fête.

L'arrivée d'un groupe de musiciens irlandais traditionnels a inévitablement conduit à des chants et, au fil de la soirée, les clients du pub ont eu droit à quelques interprétations passionnées de chansons populaires irlandaises et françaises. À la fin de la soirée, la plupart des membres du groupe étaient debout à danser.

Alors, est-ce à cela que vous devez vous attendre si vous venez en Irlande avec votre chorale ?

Eh bien, on ne peut pas vous promettre la réception officielle en présence du lord-maire, mais l'accueil, le plaisir, et l'expérience inoubliable sont quant à eux garantis. Et pour venir ici avec votre chorale, qu'elle soit petite ou grande, c'est aussi simple que do, ré, mi !