Jouer au golf en Irlande

Nous sommes en 1999. Trois Américains, un Australien et la moitié des habitants de la ville de Waterville se sont donné rendez-vous au bar bondé de l’hôtel Butler Arms. Les quatre touristes sont tous des joueurs de golf exceptionnels

Payne Stewart, champion de l’US Open, joue un petit air sur son harmonica pendant que ses joyeux comparses Lee Janzen, vainqueur d’un titre majeur, David Duval, numéro un mondial, et Stuart Appleby, la star du golf australien, hochent la tête en mesure et poussent la chansonnette.

Le pub est plein à craquer. Stewart en profite pour passer derrière le comptoir et jouer au barman. Il faut encaisser l’argent, lui rappelle son caddie.

« C’est ma tournée ! » réplique Stewart.

Retour à Waterville

Stewart avait déjà eu l’occasion de visiter Waterville avec Tiger Woods et Mark O’Meara l’année précédente et n’avait qu’une envie : y revenir. Cette fois, il s’est rendu avec ses amis dans le comté de Kerry pour s’entraîner à Waterville et Ballybunion en vue de se préparer pour le British Open une semaine plus tard.

Stewart raconte sa soirée après sa partie de golf : « On rentre dans le pub et on se met au piano. » « Je sors mon harmonica et la soirée se termine à 4 heures du matin. »

Au moment de quitter le comté de Kerry et cette minuscule bourgade qui borde la côte sauvage atlantique, Stewart annonce qu’il se présente aux élections municipales. La commune n’a pas de maire, s’entend-il répondre. Être capitaine du club, en revanche, est un honneur bien plus grand. Un honneur dont il fit l’objet lorsqu’il fut nommé capitaine pour la saison 2000.

Quelques mois plus tard, Payne Stewart disparaît tragiquement dans un accident d’avion. Waterville ne l’a pas oublié pour autant. Une statue de bronze a été érigée à sa mémoire par les nombreux amis qu’il s’était faits lors de ses brèves visites.

Pèlerinage annuel

C’est ça l’Irlande. Les grandes amitiés naissent au hasard des rencontres. Au pub, boire un verre peut vite tourner à la fête et une partie de golf occasionnelle peut se transformer en pèlerinage annuel.

Peut-être souhaitez-vous découvrir de nouveaux horizons ou retrouver vos anciennes racines irlandaises ? Ou tout simplement passer de bons moments en famille ou entre amis. Quelles que soient les raisons de votre séjour de golf en Irlande, préparez-vous à marcher sur les traces des plus grands champions.

Comme Keegan Bradley, par exemple, le vainqueur du tournoi américain PGA 2011, dont la tante, Pat Bradley, qui figure au Hall of Fame, est originaire ducomté de Cork.

Encore enfant, Keegan était venu ici avec sa famille. Il y est revenu des années plus tard aux côtés de Rory McIlroy, Pádraig Harrington et Graeme McDowell.

Mais cette fois, c’était pour disputer l’Irish Open 2012 à Royal Portrush.

Une vraie partie de plaisir !

Le tournoi des Trois Frères

« Mon père et mes oncles ont participé au tournoi des Trois Frères à Youghal dans le comté de Cork » nous confie Bradley sur sa famille irlandaise. « Tout le monde m’a accueilli comme si je rentrais au pays. À chaque fois, ça me faisait chaud au cœur. » « C’était une expérience fabuleuse. »

Entre deux parcours de golf, Bradley a profité de son court séjour pour visiter la mythique Chaussée des Géants et la célèbre distillerie de whiskey de Bushmills. Et si Bradley voyageait seul à cette occasion, d’autres joueurs en profitent pour passer de bons moments en famille.

Notamment lors du tournoi annuel Père et Fils, qui se déroule à Waterville et sur invitation uniquement. Autre événement tout aussi familial, le tournoi Père et Fille qui se déroule dans le comté de Clare au club de golf de Doonbeg de Greg Norman.

D’origine irlandaise ou non, toute la famille y est accueillie à bras ouverts.