Daniel Day-Lewis - la vie paisible d'un oscarisé

Lincoln, le film épique du réalisateur Steven Spielberg, porté à l'écran par l'énigmatique vedette Daniel Day-Lewis, a suscité un certain étonnement voire quelques exaspérations, avec ses 12 nominations aux 85e Oscars. Pourtant c'est sans grande surprise que Daniel Day-Lewis a remporté le 24 février dernier l'Oscar du Meilleur Acteur, devenant ainsi, l'un des acteurs contemporains les plus récompensés de l'histoire du cinéma.

Faire le choix d'un acteur non américain pour incarner le père quasi mythique de l'Amérique moderne peut paraître « étrange », comme a pu le souligner un critique de cinéma.

Mais Daniel Day-Lewis n'est pas n'importe quel acteur. En brandissant la statuette des Oscars du cinéma le 24 février dernier, tel que l'envisageaient les pronostics après sa victoire aux Golden Globes, il devient ainsi le détenteur de trois Oscars du meilleur acteur.

Des plateaux de tournage aux remises de prix, c'est en des termes feutrés et respectueux que l'on parle de Day-Lewis, l'incarnation de la méthode de l'Actors Studio. Mais l'univers hollywoodien du glamour, de la célébrité et des contrats chiffrés en millions de dollars contraste nettement avec sa vie de famille au milieu des collines vallonnées et des montagnes couvertes de bruyère du comté de Wicklow.

Les premiers pas

Day-Lewis a reçu son premier Oscar du meilleur acteur en 1990 pour My Left Foot, long métrage basé sur la vie de Christy Brown, un peintre et écrivain irlandais atteint de paralysie cérébrale. Au moment de recevoir son prix, il déclara à l'auditoire qui s'était levé pour l'applaudir : « Voilà qui me permettra de passer un sacré week-end à Dublin. »

Là où la plupart des acteurs auraient profité de s'installer à Hollywood pour asseoir leur domination, Day-Lewis décida de faire une pause de deux ans et de déménager dans une modeste demeure géorgienne d'un tout petit village du comté de Wicklow.

Cela fait maintenant 19 ans que Daniel Day-Lewis, sa femme Rebecca Miller et leurs deux fils résident à Wicklow. Surnommé le « jardin de l'Irlande », le comté est réputé pour son paysage rural, ses villages de cartes postales, ses collines couvertes d'ajoncs et ses ruines du Haut Moyen-Âge. Day-Lewis vit près du petit village d'Annamoe, non loin du célèbre site monastique pittoresque de Glendalough.

Pourquoi donc avoir choisi l'Irlande et le comté de Wicklow ? Son installation s'explique en partie par les excellents souvenirs d'enfance qu'il a gardés de ses vacances d'été passées dans le comté de Mayo, sur la côte ouest de l'Irlande, où son père est né.

Évoquant ces voyages au cours d'un entretien au quotidien The Guardian, Day-Lewis se souvient de la forte impression que lui a faite l'Irlande :

« La lumière, les parfums, le bonheur absolu de pouvoir sauter de la voiture pour plonger dans l'Atlantique à peine arrivé. Ces souvenirs demeurent intacts. La vie en Angleterre paraissait un peu fade en comparaison. L'Irlande symbolisait un regain d'espoir, c'est toujours comme cela que je l'envisage aujourd'hui. »

Il a aussi fait le choix de Wicklow parce qu'il peut y « vaquer en paix » à ses affaires. Mais cela n'empêche pas les sollicitations d'Hollywood. En mars 2010, Steven Spielberg et Tony Kusher, le scénariste de Lincoln, ont rendu visite à l'acteur dans le comté de Wicklow. Et lorsque Spielberg s'est rendu à Dublin pour assister au concert de Bruce Springsteen en juillet 2012, il n'a pas manqué de déjeuner au préalable en compagnie de Day-Lewis et sa famille au Roundwood Inn de Wicklow.

Day-Lewis a été fait citoyen d'honneur du comté de Wicklow en 2009, inaugurant ainsi cette distinction. Dans son discours de remerciement, il a expliqué avoir été « entièrement captivé par la noblesse des collines de Wicklow » autour de lui.

« C'est l'endroit où je puise mes forces, où je me suis implanté. C'est un refuge où je me ressource. »

À l'époque, le réalisateur John Boorman aurait déclaré espérer que cet honneur octroyé à Day-Lewis « contribuerait à compenser la perte de liberté inhérente au statut de star du cinéma ».

Boorman réside lui-même depuis de nombreuses années à Wicklow, et a d'ailleurs tourné le film Excalibur, nommé aux Oscars, dans la région.

Wicklow n'est peut-être pas si étranger que ça au monde des Oscars après tout…

Accepteriez-vous de nous aider ?

Nous nous efforçons en permanence d'améliorer la navigation sur notre site.

Votre participation à cette courte enquête nous permettra de rendre ireland.com encore plus agréable pour tous.

Non merci Close Participer à l'enquête