La Maison Blanche miniature

Áras an Uachtaráin fourni par <a href="http://www.president.ie/" >president.ie</a>
Áras an Uachtaráin fourni par president.ie

Se pourrait-il que l'un des édifices les plus reconnaissables au monde ait un sosie ? C'est possible. Et quelle histoire !

L'une des raisons pour lesquelles nous adorons les édifices singuliers, c'est justement parce qu'ils sont uniques. Réfléchissez un peu. Vous ne trouverez pas deux exemplaires de monastères dangereusement perchés sur une île de l'Atlantique. Et il y a peu de chance qu'un pub éclairé au gaz, avec boiseries italiennes et boutons d'appel au serveur, ait un jumeau.

Jusqu'à présent, vous pensiez sûrement que la Maison Blanche, vedette muette du film Le Majordome (Lee Daniels), était un modèle unique en son genre. Détrompez-vous : elle a une petite sœur.

Si vous en doutez, il vous suffit de demander au président irlandais. C'est sa résidence.

Un sosie dublinois

Bienvenue dans la ville de Dublin. Bienvenue au Phoenix Park, l'un des plus grands parcs urbains d'Europe, et bienvenue à la Maison Blanche miniature : Áras an Uachtaráin (la maison du président).

La Maison Blanche est instantanément identifiable, grâce à des films comme Le Majordome (Lee Daniels) avec Oprah Winfrey, ou Independence Day avec Will Smith, ainsi qu'à d'innombrables bulletins d'informations. Bien que la demeure du président irlandais ne soit pas son exact reflet (beaucoup disent que Leinster House, à Dublin, a servi de modèle à la Maison Blanche), elle s'en rapproche indéniablement. Ce portique tétrastyle, ces colonnes grecques stoïques et ces murs étincelants, blanchis à la chaux. Ça y est, vous voyez double ?

L'histoire d'une demeure

Figurez-vous que l'Áras, comme on l'appelle localement, a beau avoir plus de 260 ans, elle n'héberge les présidents d'Irlande que depuis 1938. Turtle Bunbury, auteur, historien et fondateur du projet Facebook Wistorical, nous narre le début de son histoire.

« L'Áras a été construite par le banquier et architecte Nathaniel « Nat » Clements. En avril 1751, Nat fut nommé garde-chasse et gardien en chef du Phoenix Park, avec pour tâche de superviser la réserve de cerfs fondée par le grand-duc d'Ormonde, près d'un siècle plus tôt ».

C'est sous ce titre que Nat Clements construisit ce qui était alors connu comme le Ranger's Lodge (pavillon du garde-chasse). Cette bâtisse, comme nous le raconte Turtle, « est devenue la demeure du vice-roi britannique et se nomme désormais Áras an Uachtaráin – la résidence du président d'Irlande ».

Nathaniel « Nat » Clements avec l'autorisation de Charlie et Sally Clements, Killadoon House

Que la lumière soit !

L'Áras a fait du chemin depuis sa construction. Une conduite de gaz fut reliée à l'édifice en 1852 et il fallut encore attendre 56 ans pour que l'électricité arrive dans la noble institution. Les visites de la reine Victoria en 1856 et du roi George en 1911 ont aussi mis en émoi les constructeurs et architectes de Dublin, comme le prouve l'ajout respectif des ailes est et ouest.

Le privilège du président

Mais l'Áras n'est pas seule dans l'immensité du Phoenix Park. Des milliers de visiteurs, dont Beyoncé, ont pédalé dans ses 709 hectares, grâce aux locations de vélo du Phoenix Park de Paul McQuaid (« J'ai vu des tonnes de visiteurs revenir d'une balade à vélo et me demander pourquoi il y avait une Maison Blanche miniature dans le parc », s'amuse-t-il).

Les jardins clos, où l'on s'affaire à creuser, planter et cultiver, ne manquent pas non plus de vie : une effervescence qui atteint son paroxysme lors du festival Bloom annuel en juin. Demandez à n'importe quel gamin de Dublin ce qui fait la célébrité du Phoenix Park, et il ne tardera pas à répondre : le zoo.

Une Maison Blanche miniature avec un zoo. Plutôt accrocheur, non ?