Un lien avec le XXIe siècle

La nouvelle application Clonmacnoise vous ramène 1 000 ans en arrière, dans l'un des sites monastiques les plus importants d'Irlande

Faire du tourisme demande des efforts, pas seulement physiques, mais aussi d'imagination, en particulier lorsque vous vous promenez au milieu de ruines. Difficile en effet de s'imaginer à quoi pouvaient ressembler les lieux, même avec un guide touristique, des cours d'histoire et une bonne imagination.

Aujourd'hui, les as de la technologie du XXIe siècle ont créé une passerelle pour voyager dans le temps. En quelques tapotements, votre iPhone ou iPad ouvre une fenêtre sur le monde qui vous entoure, tel qu'il existait un millénaire plus tôt. Pivotez, et la vue pivote avec vous. Soudain, un champ désert devient une place de marché animée, le rivage d'un lac accueille des artisans qui s'affairent à leur métier, un mur isolé se transforme en une haute cathédrale...

Une ancienne ville monastique

L'application Clonmacnoise a été créée par RealSim Games, une société irlandaise spécialisée dans la technologie 3D. Elle permet aux utilisateurs de découvrir à quoi ressemblait le site monastique du comté d'Offaly il y a 1 000 ans.

RealSim Games a décidé de commencer son voyage technologique dans le temps à Clonmacnoise pour une bonne raison : Lonely Planet décrit ce site comme « l'une des anciennes villes monastiques les plus importantes d'Irlande, avec de nombreuses églises primitives, des hautes croix, des tours rondes et des tombes. »

Gavin Duffy, directeur général de RealSim Games, va plus loin : « C'est un site sous-estimé qui est pourtant extrêmement important, pas seulement dans l'histoire irlandaise, mais dans l'histoire européenne. »

Des mondes imaginaires

Comment Gavin s'est-il retrouvé à recréer un monde antique ? Après avoir étudié la géophysique, il lance RealSim Games, une société spécialisée dans la création de projections spatiales de constructions immobilières, à destination des urbanistes.

Pour obtenir un niveau de détail suffisant dans ses modèles informatiques, la société utilise les technologies développées pour les jeux vidéo. « Les jeux disposent de mondes imaginaires complexes », explique Gavin. « Nous n'avons fait qu'appliquer au monde réel les logiciels permettant de recréer la perspective et la lumière déjà conçus par les créateurs de jeux. »

Explorez Clonmacnoise grâce à une application

De l'archéologie à la réalité

Un coup de pouce du destin a ensuite plongé Gavin dans un monde architectural plus ancien. RTÉ, radiodiffuseur d'État de la République d'Irlande, réalisait un documentaire sur Clonmacnoise, The Secrets of the Stones, et il fut proposé à Gavin de créer une simulation du site. « Le défi était de taille, car il ne reste pas grand-chose de la ville. Les édifices religieux et les hautes croix ont certes survécu parce qu'ils sont en pierre, mais les maisons étaient en bois et nous avons donc dû travailler uniquement à partir des découvertes archéologiques », précise Gavin.

L'équipe, composée d'un archéologue, d'un modeleur 3D, d'un graphiste et d'un programmateur, était toutefois bien consciente de l'originalité du projet. Il ne manquait qu'un ingrédient pour en faire une machine à remonter le temps virtuelle – et une première mondiale : la technologie GPS. Grâce à elle, l'équipe a pu créer une application qui suit l'utilisateur dans ses mouvements, superposant le passé sur le présent.

« De nombreux sites touristiques utilisent des simulations sur ordinateur », concède Gavin, « mais ce sont des versions en 2D précalculée. Elles ne peuvent pas réagir à vos mouvements, elles ne peuvent pas voir ce que vous voyez au moment où vous le voyez. »

Le potentiel est immense, et l'enthousiasme de Gavin contagieux. « Imaginez si on l'appliquait à une ville ! On pourrait se promener dans une rue et voir les boutiques qui existaient il y a 400 ans. » Mais les mondes des temps anciens ne se sont pas construits en un jour. « Notre prochaine application est Galway à l'époque médiévale », poursuit Gavin. Et comme toujours, ce sont les petits détails qui posent le plus de problèmes. « En ce moment, nous essayons de régler la question de la texture des portes. On va y arriver, mais tout doit être parfait. »