Les auteurs insulaires

La photo ci-dessus, prise de la pointe de la péninsule de Dingle, représente Great Blasket. C'est la plus grande île de l'archipel situé au large de l'extrémité occidentale de la péninsule la plus à l'ouest de l'Irlande. La charmante plage incurvée que l'on aperçoit se nomme White Strand.

The Great Blasket seen from the mainland fourni par <a href="http://felicityhayes-mccoy.blogspot.no/" >Wilf Judd</a>
The Great Blasket seen from the mainland fourni par Wilf Judd

Les gens d'ici ne disent pas qu'ils vont « sur » l'île, mais plutôt « dans » l'île. Cette formulation suggère qu'une excursion là-bas n'a rien à voir avec une simple escale de vacances. C'est un véritable voyage au cœur d'un lieu remarquable.

Ces îles ne sont plus habitées, les derniers résidents ayant rejoint l'île principale dans les années 1950 à cause de l'isolement et de l'émigration devenus insupportables. Aujourd'hui, vous pouvez toutefois relier Great Blasket en ferry depuis la jetée de Dún Chaoin. On atteint l'embarcadère après avoir descendu à pied une cale raide et sinueuse. Sur la gauche se trouve la paroi de la falaise. Sur la droite, un muret vous protège d'une chute à pic dans l'océan Atlantique en contrebas. Au bout de la jetée, vous apercevrez les vestiges d'un chemin encore plus raide menant au sommet de l'imposante falaise attenante. Il fut un temps où les pêcheurs escaladaient cette voie délabrée en transportant leur prise dans des paniers sur leur dos.

'The Islander' statue at the Blasket Centre, Dún Chaoin
'The Islander' statue at the Blasket Centre, Dún Chaoin

Lorsque vous atteignez l'île, vous débarquez du ferry sur une autre cale et gravissez un chemin herbeux et pentu menant à un village abandonné. Les maisons en pierre des champs, à demi en ruines, sont regroupées pour contrer les vents de l'Atlantique. Certaines sont bâties à flanc de colline, si bien que leur toit était au même niveau que les champs verts rocailleux.

Plus haut encore, au bord d'une falaise vertigineuse, vous pouvez vous allonger sur un matelas de fleurs roses tout en admirant White Strand. Les insulaires y dansaient les soirs d'été. Lors de ma dernière escapade là-bas, le soleil était éclatant, la plage en contrebas brillait et l'océan formait une couverture argentée éblouissante. Ces jours-là, il est presque impossible de croire aux longs mois d'obscurité et de vents hurlants. Mais en hiver, les insulaires étaient coupés de l'île principale pendant plusieurs semaines. Souvent au bord de la famine, ils entretenaient des liens encore plus étroits que ceux d'une famille et partageaient tout ce qu'ils possédaient.

Au début du vingtième siècle, plusieurs ouvrages remarquables émergèrent de cette communauté. L'ancienne tradition orale du conte était au cœur de la culture celtique dont ils avaient hérité. Toutefois, conscients que leur mode de vie était sur le point de disparaître, certains insulaires décidèrent de coucher leurs mémoires sur papier. Ils écrivirent en gaélique, leur langue natale, mais leurs livres furent traduits en anglais, et certains même en allemand et en français. D'apres leurs auteurs, ils furent écrits « parce qu'il n'y en aura plus comme nous autres ».

Vous pensez qu'un ami pourrait aimer cet article ? Cliquez sur pour l'enregistrer et le partager

Si vous êtes de passage à la péninsule de Dingle, vous pouvez visiter le centre des îles Blasket à Dún Chaoin, sur l'île principale, pour en savoir plus. Mais avant de partir à la découverte de Great Blasket, plongez-vous dans les livres. Ils sont l'œuvre de paysans et de pêcheurs comme Tomás Ó Criomhthain, dont les mémoires An t-Oileánach (L'homme des îles) est devenu un classique, Muiris Ó Suilleabháin dont le livre Fiche Bliain ag Fás (Vingt ans de jeunesse) raconte comment il a été élevé sur l'île par son grand-père avant de partir pour travailler sur l'île principale, ou encore Peig Sayers, dont les mémoires, dictées à son fils, révèlent le courage, l'humour et la détermination des femmes insulaires. 2013 voit également la publication des dernières mémoires de l'île, celles de Mike Carney, 93 ans, dont le livre From The Great Blasket To America décrit son enfance sur l'île, les histoires déchirantes de cette communauté de moins en moins nombreuse dans les années 1940, ainsi que sa vie à Springfield, dans le Massachusetts, où de nombreux émigrants de Blasket ont établi de nouvelles racines.

Au cœur de chacun de ces livres, on retrouve l'amour des écrivains pour la beauté de leur environnement, un profond respect pour leur héritage culturel et une description saisissante de l'esprit communautaire. Plusieurs ont été publiés avec l'aide et l'encouragement des visiteurs de l'île, parfois venus pour y étudier le gaélique. Et quelques-uns ont même raconté leur expérience, comme l'auteur anglais Robin Flower dans son merveilleux ouvrage The Western Island, où chaque page traduit l'amour et le respect des lieux qu'il a découverts alors qu'il était étudiant.

Mes propres mémoires, The House on an Irish Hillside, racontent mon amour de toujours pour cette pointe occidentale de la péninsule de Dingle, où je suis moi aussi venue au départ pour étudier le gaélique. L'un de mes plus grands moments de fierté depuis sa publication fut de le voir dans une librairie aux côtés des œuvres de Tomás Ó Criomhthain et Peig Sayers. Pour vous dire la vérité, j'étais aussi un peu affolée de voir mon travail siéger parmi ces géants. Puis, je me suis souvenue de la légendaire gentillesse des insulaires à l'égard des étrangers, et combien le récit était la pierre angulaire de leur communauté. Alors, j'ose espérer que ça ne les contrarie pas trop !

The House on an Irish Hillside de Felicity Hayes-McCoy est disponible en librairie et en ligne, en version papier et numérique. Une nouvelle édition au format poche sera disponible à l'été 2013. 

Rendez-vous sur la page Facebook du livre pour retrouver des commentaires de lecteurs, de superbes photos et des critiques. 

Idées de vacances, actualités, offres… Inscrivez-vous à notre newsletter pour garder le contact avec l'Irlande.

Aucun résultat pour vos critères de recherche

Besoin d'un avion ou d'un ferry ?

Par la mer ou par les airs, trouvez ici le meilleur trajet

Trouver des vols
Trouver des ferries