Festivals de randonnée

Jamais loin de ses chaussures de marche déjà bien usées, Vanessa Harriss ne tarit pas d'éloges sur « la magie pure, spontanée et sans prétention » des festivals de randonnée d'Irlande

Les séjours de randonnée, je connais. Des visites guidées, j'en ai suivi. Il m'est même déjà arrivé de m'arracher les cheveux avant de réaliser que je tenais mon plan à l'envers. Tout ça m'est familier. Mais les festivals de randonnée (un long week-end de marche et de bavardage en compagnie de habitants du coin et de compagnons de randonnée, suivi de soirées au pub avec ces nouveaux amis) ? C'est une expérience totalement inconnue qui, je dois bien l'avouer, m'intrigue.

Un festival adapté à tous les niveaux
Difficile d'imaginer un concept plus adapté à l'Irlande, dont la nature sauvage offre une agréable récompense au randonneur tout en étant assez facilement praticable pour permettre de bavarder chemin faisant. Bavarder avec des étrangers est après tout un passe-temps national, et les pubs irlandais sont enviés par le monde entier. Malgré son développement logique, le concept n'existe en Irlande que depuis moins de 20 ans. Mais le phénomène a pris une telle ampleur qu'il existe désormais entre 30 et 40 festivals de randonnée dans toute l'île, de taille différente certes, mais adaptés à tous les niveaux de forme physique.

Aux origines du concept

Le plus ancien, le festival international de randonnée de Ballyhoura, basé à Kilfinane dans le comté de Limerick, est aussi le plus important. Jim Flynn du Ballyhoura Bears Walking Club, raconte que l'idée est née d'une randonnée effectuée en 1994, sur les traces de la retraite de Lord O'Sullivan Beare en 1602, passant par Ballyhoura. « Des randonneurs locaux ont convié d'autres clubs de randonnée, et ainsi est née l'idée du festival. Il dure désormais le temps d'un week-end prolongé en mai et attire des amateurs du monde entier. Cette année, nous avons eu environ 700 marcheurs en provenance de 26 pays », annonce Jim Flynn avec une pointe de fierté.

Des fidèles de choix
Christopher Somerville, auteur et correspondant pour le quotidien britannique, The Times, est un inconditionnel du festival, allant même jusqu'à le qualifier de « fleuron de la randonnée en Irlande » et à encenser le club des Ballyhoura Bears pour sa : « réputation bien méritée alliant de manière exquise randonnée et craic [bon temps]. » Ils semblent qu'ils détiennent la recette du succès : « Je dirais que la moitié des visiteurs ont déjà participé au festival auparavant », sourit Jim.

Un festival singulier

En juin, le festival international de randonnée des montagnes de Mourne réserve un terrain inédit aux randonneurs, avec ses longues promenades, son itinéraire en haute montagne et ses tourbières de couverture à basse altitude. Le type de paysage « agréable à parcourir à pied, car on ne peut pas l'apprécier à sa juste valeur en voiture », explique Bernie Bogue de Cooneen Ramblers, un club de l'est de Fermanagh. Ian Reid de Cardiff, qui participe au festival depuis cinq ans, confirme : « C'est en partie la splendeur des Mournes et l'époque de l'année où il est organisé qui le distingue, mais les participants y sont aussi pour quelque chose. Le festival mérite un 10/10 pour l'esprit de camaraderie et la joie qui y règne. »

La beauté de l'ouest de Cork

Le festival de marche et bavardages organisé autour de Baltimore, à l'ouest de Cork, rassemble lui aussi ses adeptes... jusque de l'autre côté de la planète : Richard Tulloch, dans le Sydney Morning Herald, rapporte que son guide les a régalés de « contes parfois drôles, plus souvent tragiques, enracinés dans ce paysage ». Lorsqu'ils se sont arrêtés dans une ferme pour goûter à une glace de fabrication maison, le vieux fermier « s'est mis à chanter à pleine voix » un air sur la famine, pour le plus grand plaisir des randonneurs. « De la magie pure, spontanée et sans prétention ! »

Cela semble intéressant. Vite ! Où sont mes chaussures de randonnée ?